Tout ce que vous devez savoir sur l’excitation sexuelle

excitation-sexuelle-couple

Qu’est-ce que l’éveil ?

L’excitation est l’état d’éveil et de concentration sur un certain stimulus. Dans cet article, nous parlons spécifiquement de l’excitation sexuelle, c’est-à-dire le fait d’être sexuellement excité ou excitante. Pour les femmes, comme pour les hommes, cela implique un certain nombre de changements physiologiques dans le corps (lubrification naturelle, érection, etc).

Y a-t-il une différence entre l’excitation et le désir ?

Les mots « excitation » et « désir » sont souvent utilisés de manière interchangeable, mais ils sont légèrement différents.

Le désir fait généralement référence à l’envie émotionnelle d’avoir des rapports intimes, tandis que l’excitation fait référence aux changements physiologiques qui se produisent physiquement et à l’intérieur de vous lorsque vous êtes excité sexuellement.

Selon des études, les troubles du désir impliquent un manque de désir sexuel ou d’intérêt pour le sexe, tandis que les troubles de l’excitation impliquent une envie de sexe mais des difficultés à vous mettre dans l’ambiance.

Il est important de se rappeler qu’il y a une différence entre avoir envie de faire l’amour et être physiquement excité. Il est possible de se sentir physiquement excité sans vouloir passer à l’acte.

Ce n’est pas parce qu’une personne montre des signes d’excitation sexuelle qu’elle souhaite avoir des rapports intimes, ni qu’elle y consent.

Pratiquez toujours le consentement enthousiaste : Si vous n’êtes pas sûr de l’intérêt de votre conjoint(e), demandez-lui toujours !

Quelle est la place de l’excitation dans les étapes de la réponse sexuelle ?

Des chercheurs ont identifié quatre étapes de la réponse sexuelle, c’est-à-dire les étapes que traversent votre corps et votre esprit avant, pendant et après un rapport intime.

L’excitation fait partie de la première étape du cycle de la réponse sexuelle.

L’excitation

La phase d’excitation sexuelle, également appelée phase d’éveil, implique une série de changements physiologiques. La plupart de ces fonctions préparent le corps aux rapports vaginaux ou anaux.

Par exemple, votre vagin devient plus humide car les glandes produisent des fluides lubrifiants. Votre clitoris et votre vulve gonflent en raison de la dilatation de vos vaisseaux sanguins. Vos mamelons peuvent également devenir plus sensibles au toucher.

Plateau

Le stade du plateau est la période qui précède l’orgasme. À ce stade, les changements que vous ressentez pendant la phase d’excitation s’intensifient.

Votre respiration peut s’accélérer, et vous pouvez commencer à gémir ou à vocaliser involontairement. Votre sexe peut se resserrer et produire davantage de lubrification.

L’orgasme

La phase d’orgasme est souvent considérée comme le but ultime du rapport, mais ce n’est pas forcément le cas ! Il est tout à fait possible d’avoir des rapports intimes agréables sans atteindre l’orgasme.

L’orgasme peut s’accompagner de convulsions musculaires, notamment dans le bas du dos et la région pelvienne. À ce stade, votre vagin peut se resserrer et devenir plus lubrifié.

Il est associé à une sensation d’euphorie et de plaisir.

Résolution

Après l’orgasme, vos muscles se détendent et votre tension artérielle diminue. Votre zone intime toute entière peut être particulièrement sensible, voire douloureux au toucher.

Vous pouvez connaître une période réfractaire, pendant laquelle vous ne pourrez plus avoir d’orgasme.

Certaines personnes ont des orgasmes multiples, mais cela n’est pas nécessaire pour que vous ayez une expérience sexuelle agréable. Le plus important est d’écouter vos envies et de vous sentir à l’aise.

Comment votre corps réagit-il à l’excitation ?

Voici quelques-unes des réactions physiques et physiologiques à l’excitation :

  • Votre pouls et votre rythme cardiaque s’accélèrent, et votre tension artérielle augmente.
  • Vos vaisseaux sanguins se dilatent, y compris les vaisseaux sanguins des organes génitaux.
  • Votre zone vaginale et votre vulve peuvent devenir humides pour aider à lubrifier les organes génitaux.
  • Certaines parties de la vulve, comme les lèvres et le clitoris, enflent en raison de l’augmentation de l’apport sanguin.
  • Votre canal vaginal peut se dilater.
  • Vos seins deviennent plus volumineux et vos mamelons peuvent devenir érigés.

Comment votre esprit réagit-il à l’excitation ?

Vous pouvez avoir du mal à vous concentrer sur autre chose, même si vous n’êtes pas en train de faire l’amour !

Cela s’explique par le fait que les stimuli sexuels activent certains changements dans votre tête, induisant une activité cérébrale axée sur le sexe.

Cependant, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur le fonctionnement cérébral, y compris pendant les rapports intimes.

Y a-t-il une différence entre l’excitation des femmes et l’excitation des hommes ?

Votre réponse physique à l’excitation dépend bien sûr de vos organes génitaux. Mais il existe quelques similitudes dans la façon dont la plupart des gens ressentent l’excitation.

Quelle que soit l’apparence de vos organes génitaux, le sang y afflue généralement en raison de la dilatation des vaisseaux sanguins.

Si vous êtes une femme, cela peut entraîner le gonflement du clitoris et des lèvres. Si vous avez un pénis, cet afflux de sang provoque une érection.

Ce flux sanguin peut également provoquer le gonflement de vos joues et de votre poitrine.

De nombreux médias grand public mettent l’accent sur les différences entre le cerveau des hommes et celui des femmes, y compris lorsqu’il s’agit de sexe. Mais les points de vue des hommes et des femmes ne sont en fait pas si différents.

Une étude réalisée en 2012 a consisté à observer le cerveau au moyen d’un appareil d’IRMf pendant que les sujets regardaient des vidéos érotiques. L’appareil d’IRMf a permis aux chercheurs de voir comment le cerveau était affecté pendant l’excitation.

Ils ont constaté que, si les stimuli intimes activaient davantage les amygdales et les thalamus chez les hommes, ils avaient généralement un effet similaire sur tous les sujets.

Il convient de noter que ces études n’incluent souvent pas les participants intersexués et transsexuels.

Y a-t-il quelque chose à faire pour augmenter l’excitation ?

Pour augmenter l’excitation sexuelle et dynamiser votre sexualité, vous pouvez prolonger les préliminaires et veiller à vous concentrer sur la stimulation de la zone génitale de votre partenaire. Les préliminaires sont un moment essentiel avec l’acte de pénétration.

Lorsque ce moment viendra, veillez d’ailleurs à ce que le sexe de votre partenaire soit préparé, que sa lubrification soit suffisante et n’hésitez pas, si besoin à utiliser un gel lubrifiant.

Cela signifie également qu’avant le rapport sexuel ou la masturbation, vous prenez le temps de vous exciter en expérimentant différentes zones érogènes, en utilisant différents jouets ou en essayant différents types de toucher sensuel afin de générer différentes sensations et une stimulation particulière et différente à chaque fois.

Par exemple, vous pouvez vous sentir excité en touchant vos mamelons, en embrassant longuement votre acolyte ou en utilisant un jouet sexuel.

Il peut être utile de suivre une thérapie de couple ou une sexothérapie pour vous aider, vous et votre partenaire, à mieux communiquer et à pratiquer des formes d’intimité saines.

Que faire si vous ne ressentez aucune excitation ?

Si vous voulez avoir des rapports intimes mais que vous ne semblez pas éprouver d’excitation sexuelle, cela peut être difficile à gérer.

En général, les dysfonctionnements sexuels liés à l’excitation sont appelés troubles de l’intérêt sexuel féminin/troubles de l’excitation.

Il n’y a pas de problème non plus si vous n’éprouvez que peu ou pas de désir d’avoir des rapports intimes. De nombreuses personnes s’identifient comme asexuelles, ce qui signifie qu’elles ressentent peu ou pas de pulsions sexuelles.

L’asexualité n’est pas un problème ou un état, mais une identité, comme toute orientation sexuelle.

Il s’agit davantage d’un spectre que d’une expérience unique, et chaque personne asexuelle vit l’asexualité différemment.

Les personnes asexuelles peuvent ou non ressentir de l’excitation, et si certaines personnes asexuelles ont des rapports intimes, d’autres n’en ont pas.

Si vous pensez être asexuel, il peut être utile de faire quelques recherches sur le sujet et d’entrer en contact avec la communauté asexuelle. L’Asexual Visibility & Education Network est un bon point de départ !

Qu’est-ce que le trouble de l’excitation et de l’intérêt sexuel ?

Le trouble de l’intérêt sexuel et de l’excitation chez la femme, comme chez l’homme est un dysfonctionnement sexuel qui entraîne une absence de la libido.

Il était autrefois connu sous le nom de trouble du désir sexuel hypoactif (TDSH).

Signes

Si vous souffrez d’un trouble de l’excitation sexuelle féminine, vous pourriez présenter les symptômes suivants :

  • peu d’intérêt pour le sexe et la masturbation
  • peu d’intérêt pour les fantasmes sexuels
  • difficulté à apprécier les rapports intimes
  • difficulté à ressentir du plaisir lorsque vos organes génitaux sont stimulés.

Diagnostic

Il n’existe pas de test spécifique pour les soucis d’excitation et de l’intérêt sexuel féminin, comme masculin.

Pour diagnostiquer ce trouble, un médecin pourra vous interroger sur vos symptômes. Il peut également essayer de trouver une cause sous-jacente.

Il peut s’agir de raisons physiques (problèmes de santé ou médicaments, par exemple) ou émotionnelles (comme des antécédents d’abus sexuels, soucis mentaux qui affecte l’excitation, une image corporelle négative ou des facteurs de stress relationnels).

Votre prestataire de soins peut effectuer des analyses de sang ou un examen pelvien pour déterminer la cause sous-jacente. Parfois, le trouble de l’excitation et de l’intérêt sexuel féminin n’a pas de cause apparente.

Traitement

Le traitement du trouble de l’excitation et de l’intérêt sexuel féminin dépend de sa cause.

Par exemple, s’il est causé par un certain médicament, votre médecin peut prescrire une dose plus faible ou un médicament différent.

Le trouble de l’excitation et de l’intérêt sexuel féminin peut également être causé par un faible taux d’œstrogènes. Ce phénomène est fréquent chez les personnes en période de ménopause ou de périménopause. Dans ce cas, votre médecin peut vous prescrire une hormonothérapie.

Si la cause est émotionnelle, il serait peut-être préférable de consulter un thérapeute spécialisé dans la santé sexuelle. Il peut vous aider à prendre soin de votre état mental et à aborder tout traumatisme passé.

Selon un article de 2011 sur les troubles de l’excitation, la santé mentale a un impact énorme sur l’excitation, et une thérapie telle que la thérapie cognitivo-comportementale peut être un traitement très efficace des troubles de l’excitation.

Un conseiller spécialisé dans la sexualité et les relations peut également vous aider à trouver de nouvelles techniques pour communiquer, planifier les rapports intimes et trouver des activités sexuelles qui vous conviennent.

Vous pouvez également essayer la flibansérine (Addyi), le médicament sur ordonnance mentionné ci-dessus. Cependant, il est important d’en discuter avec votre médecin, car il existe de nombreux effets secondaires et il peut interagir avec des médicaments en cours ou aggraver certaines conditions.

Avant d’envisager de prendre un médicament, il est préférable que vous compreniez les risques et les avantages afin de pouvoir prendre une décision éclairée.

D’autres pathologies affectent-elles l’excitation ?

Un certain nombre d’autres pathologies peuvent provoquer un trouble de l’excitation ou avoir un effet négatif sur votre libido.

Changements hormonaux

La ménopause, la grossesse, la fausse couche, l’accouchement et l’allaitement provoquent tous d’importants bouleversements hormonaux qui peuvent affecter votre capacité à vous sentir excité.

Dans le cas d’une grossesse, d’une fausse couche, d’un accouchement ou de l’allaitement, votre désir sexuel et votre capacité à être excité reviennent généralement avec le temps.

S’il s’agit d’un problème persistant ou s’il vous cause de la détresse, parlez-en à un médecin ou à un thérapeute.

Si la ménopause vous fait ressentir peu ou pas de désir sexuel, votre médecin peut vous prescrire une œstrogénothérapie.

Les troubles de la thyroïde

Puisque votre glande thyroïde peut affecter vos hormones sexuelles, les troubles thyroïdiens peuvent affecter votre capacité à être excité.

Une étude de 2013 qui s’est penchée sur 104 femmes souffrant de troubles de la thyroïde, dont l’hyperthyroïdie, l’hypothyroïdie, la thyroïdite de Hashimoto et les goitres nodulaires.

Les chercheurs les ont comparées à des femmes ne souffrant pas de troubles thyroïdiens.

Ils ont constaté que les dysfonctionnements sexuels féminins étaient plus fréquents chez les femmes souffrant de troubles thyroïdiens (46,1 %) que chez les femmes sans maladie thyroïdienne (20,7 %).

Une étude menée en 2015 a examiné le lien entre les dysfonctionnements sexuels et la dépression. Elle a révélé que l’hypothyroïdie et l’auto-immunité thyroïdienne pouvaient provoquer à la fois la dépression et les dysfonctionnements sexuels.

La prise en charge de votre maladie thyroïdienne par la prise des médicaments prescrits et la mise en œuvre de changements dans votre mode de vie peut contribuer à améliorer votre fonction sexuelle.

Troubles de la santé mentale

Les troubles de l’humeur comme la dépression peuvent provoquer une baisse de la libido ainsi que des troubles de l’excitation et du désir sexuels.

Selon un article publié en 2019, environ 40 % des femmes souffrant de dysfonctionnement sexuel souffrent également de dépression. Les chercheurs ont également estimé que 3,7 % des femmes souffrent à la fois de dépression et de troubles du désir sexuel.

De nombreux problèmes de santé mentale peuvent survenir à la suite d’un traumatisme, ce qui peut également entraîner un dysfonctionnement sexuel.

Une étude de 2015 portant sur des hommes et des femmes a révélé que la dysfonction sexuelle sont liés, et que les traitements devraient tenir compte de la fonction sexuelle de l’individu, chose qui n’est pas toujours le cas. Cette évaluation est impérative !

Diabète

Le diabète pourrait causer différents types de dysfonctionnement sexuel féminin.

Un examen des études réalisé en 2013 a révélé que les femmes diabétiques étaient plus susceptibles de souffrir de dysfonctionnement sexuel que les femmes non diabétiques. Cependant, l’examen a noté que le lien entre les deux est encore mal compris.

Dois-je consulter un médecin ?

Si vous pensez souffrir d’un quelconque dysfonctionnement sexuel, il est bon d’en parler à un médecin ou à un thérapeute, surtout si cela affecte votre bien-être et vos relations mais essayez d’abord de le solutionner par vous-même, souvent ce trouble est lié à des facteurs basiques, et soyez patient et patiente, il faudra parfois, selon vos symptômes et l’évaluation de votre syndrome, plus ou moins de temps, mais à tout problème sa solution, alors courage !

N’oubliez pas que, si les troubles sexuels peuvent être difficiles et frustrants, ils peuvent être traités.